S’accrocher aux invocations

Publié le par lavoieauthentique.over-blog.com

S’accrocher aux invocations

rappel-copie-1.jpg

SHeikh al-Islâm Taqî ad-Dîn Abî al-’Abbâs Ahmad Ibn ’Abdel-Halîm Ibn ’Abdel-Sallâm Ibn Taymiyyah al-Harânî

mercredi 5 juillet 2006, par Ismaïl

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

« Celui qui se préoccupe de l’Au-delà, Allâh place sa richesse dans son cœur et rassemble les siens autour de lui, et ce bas monde est contraint de venir à lui ; mais celui qui se préoccupe de ce bas monde, Allâh place sa pauvreté devant lui et disperse les siens, et il ne recevra pas d’autre part de ce bas monde que celle qui lui est réservée. » [1)

 

La moindre des choses est que l’adorateur s’attache aux invocations prononcées par l’enseignant du bien et l’imâm des pieux (sallallahu ‘alayhi wa sallam) parmi les invocations délimitées comme celles en début et en fin de journée, au coucher et au lever du soleil, après le sommeil, après les prières obligatoires ou les invocations liées à des actions précises comme au moment de manger, boire, s’habiller, avoir un rapport sexuel, en entrant dans la maison, à la mosquée, aux toilettes et en y sortant, lorsque la pluie tombe ou que le tonnerre gronde et autre que cela [...]

Ensuite il doit s’attacher aux formulations d’invocation de manière absolue, notamment la meilleure qui soit qui est :

Lâ Ilâha illa Allâh

Et dans certaines situations, on peut aussi dire :

[Gloire à Allâh] Subhânallâh

[Louange à Allâh] Al-HamdouLLiLLeh

[Allâh est le Grand] Allâhu Akbar

Lâ hawla wala qouwata illah bi-Lleh

Ensuite, qu’il sache que toute parole prononcée par la langue ou la pensée au fond du cœur et qui peut rapprocher l’adorateur d’Allâh, comme l’apprentissage d’une science, l’enseignement d’un savoir, une recommandation au bien et une interdiction d’un mal et autre que cela est un rappel. Voilà pourquoi celui qui se préoccupe de rechercher le savoir bénéfique après avoir accompli les œuvres obligatoires et assiste a des cercles d’études pour y apprendre et comprendre la jurisprudence, ce qu’Allâh et Son Messager ont appelé « fiqh » [compréhension], ceci est parmi le meilleur rappel.

Ainsi, lorsque tu médites sur cela, tu ne trouves pas dans les propos des premières générations une grande divergence concernant la plus méritoire des œuvres. Et si l’affaire demeure équivoque, il convient à l’adorateur d’accomplir la prière de consultation légiférée car en effet, quiconque consulte Allâh pour une affaire n’aura jamais de regret. Il se doit de multiplier cela, ainsi que les invocations car c’est la clé de tout bien et qu’il ne montre pas d’empressement en tenant des propos comme : « J’ai invoqué mais on ne m’a pas répondu. » Qu’il se libère dans les temps méritoires comme le dernier tiers de la nuit après les prières obligatoires, après l’appel à la prière, au moment où la pluie tombe et ce qui y ressemble. [2]

765718n62xldrmj1

Notes

[1] Rapporté par at-Timidhî d’après Anas, et rapporté par Ibn Mâdjah et d’autres en termes semblables d’après Zayd Ibn Thâbit - Authentifié par SHeikh al-Albânî.

[2] Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 5/538


http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article404

Publié dans Rappels

Commenter cet article