Définition

Publié le par lavoieauthentique.over-blog.com

Définition des termes Tawhid, Kufr, Shirk et Nifâq

Cheikh Muhammad ibn AbdelWahhâb (qu’Allah lui fasse miséricorde) explique ici avec son habituelle clarté le sens des mots Tawhîd, Shirk, Kufr et Nifâq.


68945 153030071400507 145980988772082 228378 76402 n
Les trois types d’Unicité (Tawhîd) :

Premièrement
: l’Unicité de Seigneurie (Tawhid Ar-Rububiyah) :
C’est ce que les mécréants du temps du Prophète (
صلىالله عليه وسلم) reconnaissaient. Malgré tout, le Prophète (صلى الله عليه وسلم) les a combattus, ne les a pas reconnus comme étant musulmans, et il a rendu licites leur sang et leurs biens. Ce type correspond à l’Unicité d’Allah dans ses actions.

La preuve est la parole d’Allah : « Dis : « Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre ? Qui détient l’ouïe et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout ? » Ils diront : Allah. Dis alors : « Ne le craignez-vous donc pas ? ». » [1]

Et les versets de la sorte sont nombreux.

Deuxièmement :
l’Unicité d’adoration (Tawhid Al-Uluhiyah) :

C’est le type de Tawhid au sujet duquel le conflit n’a jamais cessé, depuis les débuts de l’Humanité jusqu’à nos jours. Il s’agit de l’Unicité d’Allah dans les actions de Ses serviteurs : comme l’invocation, la promesse d’adoration, le sacrifice, l’espoir, la crainte, la confiance, le désir de récompense, la peur du châtiment, l’humilité, et toute autre sorte d’adoration dont la preuve réside dans le Coran.

Troisièmement :
l’Unicité des Noms d’Allah, de ses Attributs et de Son Être (Tawhid Addhaat wal Asmaa was-Sifaat) :

Allah a dit : « Dis : « Il est Allah, Unique. Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus. Et nul n’est égal à Lui ». » [2]

Il a aussi dit : « C’est à Allah qu’appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez- Le par ces noms et laissez ceux qui profanent Ses noms : ils seront rétribués pour ce qu’ils ont fait. » [3]

Et Il a dit : « Il n’y a rien qui Lui ressemble ; et c’est Lui l’Audient, le Clairvoyant. » [4]

1481971dv7cb9efp2[1]
L’associationnisme (Shirk) est l’opposé de l’Unicité :Il y a trois types de Shirk : le plus grand Shirk, le moindre Shirk et le Shirk imperceptible.

Premièrement : le plus grand Chirk : Allah ne le pardonne pas et n’accepte aucune bonne action qui en contient.

Allah a dit : « Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Quiconque donne des associés à Allah s’égare, très loin dans l’égarement. » [5]

Il a aussi dit : « Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : « ‹En vérité, Allah c’est le Messie, fils de Marie. » Alors que le Messie a dit : « Ô enfants d’Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur. » Quiconque associe à Allah (d’autres divinités) Allah lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! » [6]

Et Il a dit : « Nous avons considéré l’oeuvre qu’ils ont accomplie et Nous l’avons réduite en poussière éparpillée. » [7]

Il a dit : « En effet, il t’a été révélé, ainsi qu’à ceux qui t’ont précédé : ‹Si tu donnes des associés à Allah, ton oeuvre sera certes vaine ; et tu seras très certainement du nombre des perdants. » [8]

Et : « Mais s’ils avaient donné à Allah des associés, alors, tout ce qu’ils auraient fait eût certainement été vain. » [9]

Et le plus grand Shirk lui-même est divisé en quatre catégories :


Le Shirk dans l’invocation :
La preuve réside dans la parole d’Allah : « Quand ils montent en bateau, ils invoquent Allah Lui vouant exclusivement leur culte. Une fois qu’Il les a sauvés [des dangers de la mer en les ramenant] sur la terre ferme, voilà qu’ils [Lui] donnent des associés. » [10]


Le
Shirk dans l’intention et la volonté :
La preuve réside dans la parole d’Allah : « Ceux qui veulent la vie présente avec sa parure, Nous les rétribuerons exactement selon leurs actions sur terre, sans que rien leur en soit diminué. Ceux-là qui n’ont rien, dans l’au-delà, que le Feu. Ceux qu’ils auront fait ici-bas sera un échec, et sera vain ce qu’ils auront oeuvré. » [11]


Le
Shirk dans l’obéissance :
La preuve réside dans la parole d’Allah : « Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent. ». [12] Et l’explication claire de ce verset est l’obéissance aux savants et moines dans la désobéissance à Allah, non pas leur invocation, comme le Prophète (
صلىالله عليه وسلم) l’a expliqué a ‘Adi Ibn Hatim lorsque ce dernier lui dit : nous ne les adorions pas et qu’il lui a répondu que leur adoration consistait à leur obéir dans la désobéissance d’Allah.


Le Shirk dans l’amour :
La preuve réside dans la parole d’Allah :« Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d’Allah, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah. » [13]

Deuxièmement :
le moindre Shirk :

La preuve réside dans la parole d’Allah : « Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu’il fasse de bonnes actions et qu’il n’associe dans son adoration aucun à son Seigneur. » [14]

Troisièmement : le
Shirk imperceptible

La preuve réside dans la parole du Prophète (
صلىالله عليه وسلم) : « Le Shirk dans cette communauté est encore plus imperceptible que les pas d’une fourmi noire sur une pierre noire dans une nuit sombre. » [15] , d’après le hadith d’Abu Bakr d’après le Prophète (صلى الله عليه وسلم) : « Le Shirk est plus imperceptible que les pas d’une fourmi " Abu Bakr s’étonna : O Prophète d’Allah, le Chirk est-il autre chose que le fait d’adorer un autre qu’Allah ou d’invoquer un autre que lui ? Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) répondit : " Que ta mère te perde ! (formule de la langue arabe pour capter l’attention) Le Chirk parmi vous est encore plus imperceptible que les pas d’une fourmi …. »


Et l ‘effacement de ce Shirk réside dans le fait de dire : « O Allah ! Je me protège auprès de Toi contre le fait de t’associer quelque chose alors que je sais, et je te demande pardon pour ce que je ne sais pas. » [16]


_________________
[1] sourate Yunus ; verset 31.

[2] Sourate Al-Ikhlas.

[3] sourate al-A’raf ; veset 180.


[4] Sourate Ach-Chura ; verset 11.

[5] Sourate An-Nissa ; verset 116.

[6] Sourate Al-Maidah ; verset 72.

[7] Sourate Al-Furquane ; verset 23.

[8] Sourate Az-Zumar ; verset 65.

[9] Sourate Al-An’am ; verset 88.

[10] Sourate Al-‘Ankabut ; verset 65.

[11] Sourate Hud.

[12] Sourate At-Tawba ; verset 31.

[13] Sourate Al-Baqara ; verset 165.

[14] Sourate Al-Kahf ; verset 110.

[15] Rapporté par Abu Ya’la et Al-Bazzar, authentifié par Al-Arna’ut

[16] Hadith authentique.

 

  Extrait de l’ouvrage : "Al Wâdjibât Al Mutahattimât Al Ma’rifah ’alâ kulli muslimin wa muslimah"
(Ce que tout musulman et musulmane se doit de connaître).
Auteur : Cheikh Muhammad ibn AbdelWahhâb (qu’Allah lui fasse miséricorde)

 

Publié dans La croyance

Commenter cet article